lance_armstrong_action.sized2

     "Coup de tonnerre. Un mois après avoir décroché sa septième victoire dans le Tour de France cet été, Lance Armstrong, jeune retraité, revient sur le devant de la scène. Mais il est cette fois question de dopage. Six de ses échantillons urinaires, collectés lors du Tour 1999 et analysés a posteriori par le labo de Châtenay-Malabry, sont marqués de la signature de l'EPO." Voilà ce que rapporte, preuves à l'appui, le quotidien "L'Equipe" dans son édition du mardi 23 août.
Pour l'instant, Lance Armstrong clame haut et fort son innocence. En réponse à l'article du journal, le septuple vainqueur du Tour de France a déclaré:  "je n'ai jamais pris de drogues favorisant la performance".
 Par ailleurs, un expert de lutte antiodopage en Allemagne, le professeur Klaus Müller a exprimé certains doutes quant à la fiabilité de la méthode d'analyse ainsi que les échantillons dans lesquelles le laboratoire français aurait décelé de l'EPO.

                                                                                    Affaire à suivre...